des livres et de la psychanalyse

07 juillet 2008

Ralenti

Blog au ralenti pendant l'été. En attendant la rentrée et ses nouvelles fournées de livres.
ralenti

Posté par O LH à 21:43 - Commentaires [1] - Permalien [#]


04 juillet 2008

Des maîtres

Pour inaugurer cette nouvelle catégorie, un tour vers la philosophie, amusant. Pour la psychanalyse, on y découvrira seulement qu'il suffit d'inverser le non-dit de Lacan pour éclairer ce qu'il dit, mais que quand même, c'était mal dit.Philosophe. Georges Picard le dit avec un sourire, pas de quoi se fâcher.
A ne pas manquer, même si on lit vite, la rencontre du Maître et du jeune iconoclaste: un mai 68 de salon.
Pour vacancier un peu intello et pas trop sérieux. Et aussi, à méditer, pour ceux qui ont des maîtres et pour ceux qui n'en veulent pas.

Posté par O LH à 14:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

29 juin 2008

Psychanalyse et psychothérapie

On en remet une louche sur la distinction, actualité de publication oblige, actualité juridique. C'est comme pour le livre, les autorités s'occupent de légiférer en psychanalyse aussi. Les décrets d'application de l'usage du nom de psychothérapeute incluront-ils les psychanalystes? Et qui est et à quoi sert un psychanalyste d'ailleurs?

Voilà le dossier:Num_riser0001
Où l'on découvrira avec intérêt, une fois la question des TCC vite traitée, la différence de fond entre psychanalyse et psychothérapie, quand bien même cette dernière se dirait d'inspiration psychanalytique. Mais attention, psychothérapie psychanalytique, l'association de termes ne va pas de soi.
C'est que le regard sur le transfert et le désir du psychanalyste, ce n'est pas la même chose que de viser à faire cesser un trouble. Un trouble de quoi d'ailleurs: de comportement, de développement, de conduite, de bonne conduite, dans l'ordre établi? Vaste sujet, qui a même conduit l'Allemagne nazie à interdire la psychanalyse, comme un trouble elle-même?
On y découvre que le psychanalyste est un lecteur, du texte inconscient, du message du symptôme. Qu'il n'a pas à s'occuper d'éducabilité, mais qu'il peut pratiquer la psychanalyse d'enfants (depuis Dolto, l'habitué de ce blog le sait déjà).
Une belle succession d'articles, un peu pour connaisseurs tout de même, qui fait le point sur le sujet juridique, technique et épistémologique.

En cette matière, tout ne se dit pas en douceur. Jusqu'à des avertissements sans ambages qui trouvent l'occasion de s'écrire...

Posté par O LH à 23:26 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 juin 2008

Corps et âme

3 articles pour réfléchir sur le corps et l'injonction à la beauté, à la conservation, à la transformation. Le corps "capitaliste" d'Isabelle Quévalcorpslivre. Les traces qu'on y laisse, les marques, une promenade lacanienne, synthèse de Jean-Louis Chassaing, exhaustif.

Jusqu'à sa disparition recherchée, le corps, objet absent, un autre regard sur l'anorexie - il s'agit bien de ça -, celui de Nicolas Dissez.

Posté par O LH à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 juin 2008

Lituraterre

Il fallait bien un jour concéder à ce blog un message autour des rapports de la littérature et de la psychanalyse. C'est le sujet, et Freud disait que les écrivains avaient eu une influence non négligeable sur nombre des développements de la discipline. Le fondateur, toujours lui, s'y est d'ailleurs exercé 9782070326747avec la célèbre Gradiva. La littérature comme rêve.
Un peu en marge de la littérature, mais écrit quand même, il y a eu le Président Schreber,schreber bien connu des aliénistes, où Freud aborde la psychose via la narration qu'en a fait la malade. Ils ne se sont jamais rencontrés. Mais quel succès! A approfondir pour les spécialistes, les textes qui donnent à la psychanalyse lacanienne sa place dans le débat sur les psychoses, à la suite de ce travail de Freud, dans les Ecritsecrits, au Seuil, avec le texte "D'une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose" qui introduit la forclusion. A retrouver dans le séminaire III, sur les psychosespsychoses, toujours au Seuil.

La littérature en analyse, en tous cas, reste un genre majeur, même si tout le monde n'y parle pas la même langue...babel Babel, chez EDK.

Lacan a lu aussi: Sade, Joyce, la liste serait trop longue. Parce qu'on saurait même faire à l'envers, comme disait Freud au fond, quand c'est la littérature qui aurait à s'appliquer à la psychanalyse appliqu_e. Mais ça n'est pas bien sûr...

Et puis, le psychanalyste intéresse l'auteur, on n'y revient pas, allez voir là, ça date du 8 mai dernier.

Posté par O LH à 08:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 juin 2008

Pour le livre, le manifeste

Sans eux, la très grande majorité des livres cités ici n'existerait pas.
Allez-les soutenir par là:
Pour le livre, le manifeste.

Posté par O LH à 11:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 juin 2008

Histoires de thérapies

Dans la même veine de transculturels psychanalytiques, pour ceux qui souhaiteraient approfondir et se faire plaisir, Irvin Yalom, à noter pour la rentrée. Voilà comment la psychanalyse peut présenter un visage tout autre, outre atlantique, outre cadre de la cure type aussi : "La malédiction du chat hongrois"YALOM_Chat_400x620pix

Sur la technique psychanalytique, on laissera le débat pour plus tard entre lacaniens et rogeriens, mais rien à dire sur l'auteur, sauf que c'est toujours aussi subtil. Une série d'histoires dont on se doute qu'il ne les invente pas entièrement. Et, sincèrement, quel psy peut se targuer de prendre en thérapie un personnage de cauchemar? Yalom, seulement lui, avec son sourire et son inépuisable humanité.

En attendant, pour les plages de cet été, n'hésitez pas à explorer les autres livres de l'auteur. Voyez le message du 8 mai 2008 ici-même, entre autres.

Posté par O LH à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2008

Psychanalyse transculturelle?

Il y a peu, une question est arrivée sur ce blog, concernant la recherche d'un livre portant sur la psychanalyse et le Maghreb. Peut-être est-ce celui-ci? livre_psychanalyse_islam. Quoiqu'il en soit, il a l'air très intéressant à en croire les lecteurs qui se sont penchés sur ce livre, une thèse, à l'origine. Actuellement passé en poche, Champs Flammarion. Promis, on ira voir et merci pour le conseil de lecture.

Aux USA, la psychanalyse a connu des développements importants malgré le mot de Freud, qui aurait dit, arrivant en Amérique, "nous leur apportons la peste". Il faut croire qu'ils étaient immunisés, ou qu'ils en ont fait une forme mutante. Pour ceux qui ont vu l'excellent "6ème sens"6_mesens de M Night Shyamalan, ils savent qu'il y a même des psychanalystes comportementalistes. Tout est possible en Amérique, et comme disait encore Freud "l'inconscient ne connaît pas la contradiction". Le film est à voir pour ceux qui ne connaissent pas. Pour ce genre de thérapies cependant, voyez le message du 18 juin avant de vous lancer.

Mais quand on pense à transporter la psychanalyse dans des ailleurs culturels, on rencontre surtout le nom de Tobie Nathan. L'ethnopsychiatrie, étrangement nommée puisque ça ressemble plutôt à la rencontre de la psychologie clinique et du chamanisme.divanpochgrand En passant, il a aussi donné dans le roman, avec un grand succès pour celui-ci. sarakalivr Autre genre d'enquête, c'est du polar, mais avec psychiatre.

Lacan, de retour d'un voyage aussi mais au Japon, confiait, paraît-il, qu'il ne voyait pas ce que la psychanalyse pouvait apporter à l'extrême-orient. Pourtant, pour les curieux, allez voir du côté du séminaire XVIII, aux éditions du Seuil bien sûr, il y fait usage du chinois pour parler de l'homme et de la femme.sXVIII Ces derniers, l'un pour l'autre, ce serait du chinois? alors ici, une surprise pour lacaniens.

Posté par O LH à 16:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

18 juin 2008

Thérapies comportementales et psychanalyse

Émile Coué de la Châtaigneraie est contemporain de Freud. Outre le placebo, on peut aussi lui attribuer d'avoir été l'un des inspirateurs essentiels des thérapies comportementales. Celles qui, du moins, tiennent peu ou prou de la suggestion. Il y a sa fameuse méthodecouverture_coue. Objet de quolibets, elle pose pourtant les bases de la pensée positive et des démarches orientées vers la solution.
Il y a d'autres origines, qui vont piocher dans des traditions très diverses, orientales, ésotériques. Impossible d'en faire le tour ici.
Surtout que pour l'essentiel, ça sort de la psychologie expérimentale et de sa modernisation cognitive, ce sont les modernes TCC, thérapies comportementales et cognitives, TCC qui visent pour l'essentiel à des résolutions rapides d'un problème précis. Que d'autres appellent un symptôme. Exercices et relaxation pour l'aspect comportemental ; idées, opinions et connaissances pour le côté cognitif. Gare quand même à ne pas imposer le silence à quelque chose qui resurgirait ailleurs parce qu'il faut bien que ça se dise. Et qui serait plus un déplacement du problème qu'une solution.
Au top depuis longtemps parmi elles, la PNL, pour programmation neuro-linguistique. C'est toujours un peu le problème, ces habillages de termes savants. Mais bon, des exercices malins, collectés par observation de pratiques "qui marchent", mâtinées d'agrégats de sommes de recherches biomédicales. Un succès énorme, un peu passé de mode peut-être, mais toujours très présente dans le milieu des entreprises. Très liée à l'hypnose ericksonienne. On les laisse parler. Et pour les livres, on sait seulement que leur Nasio (cf. message du 27 mai) s'appelle Catherine Cudicio.

On est soi-même, moi, toujours un peu plus haut et un peu plus fort, ce qui compte est ce que l'on fait et ce que l'on peut faire.

Impossible de passer sous silence le docteur Berne. Certains disent "le bien nommé". Pas très gentil. Enorme succès commercial aussi et un titre phare: "Que dites-vous après avoir dit bonjour?".at C'est l'analyse transactionnelle. Vous avez déjà entendu, les fameux parents-adultes-enfants. Les scénarios dont on ne sort pas. Il y a du surmoi, du ça et de la répétition à gogo. De la psychanalyse alors? Non, c'est le moi qu'on réadapte, ici aussi.

Mais comme il est dit plus haut, si ça marche...

Ici, d'habitude, c'est pas du moi tout seul que causent les livres, mais du sujet, pas pareil. Pour faire un point là dessus, même si c'est une lecture difficile, voyez Lacan et cliquez sur "Séminaire II", le résumé est pas mal.Sminaire_II  Et peut-être qu'il n'y a pas que la lecture qui soit difficile. Mais qui a dit qu'il fallait forcément marcher droit par ici?

Attention si vous surfez quand même. Sur les sujets avec le terme thérapie, on croise de drôles de choses en ligne...

Posté par O LH à 12:42 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

16 juin 2008

Hystérie

Freud est l'inventeur de la psychanalyse, mais il a été aidé par Bertha Pappenheim, que l'on présente souvent comme la fondatrice du travail social en Allemagne. Son pseudo? Anna O. On la retrouve évidemment ici  _tudese avec Freud et Breuer. Et elle apparaît en personnage secondaire dans le roman de I. Yalom, voir le message du 8 mai dernier.
L'hystérique, c'est une affaire de corps, alors le grand classique de Lucien Israël  hystsexemed , averti, vous saurez désormais que l'hystérique, si elle fait semblant, atteint par là certaines vérités.
Et ça se voit...  invention  impressionnantes inventions et preuves en photos de Georges Didi-Huberman. Ca, c'est l'ancienne mode.
Mais l'hystérique a de l'actualité (même si l'ouvrage est difficile à trouver), avec Melman  nouvelles , pour lecteurs avertis. Et une aide à la lecture pour ceux qui souhaitent une explication de texte, ou de sexe, si vous préférez.

Posté par O LH à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2008

Pour ou contre, la résilience

On en parle, mais on ne sait pas très bien ce que c'est le plus souvent. Concept, notion ou idée polymorphe, la résilience.

Il y a les fans, autour de l'inventeur, Boris Cyrulnik, qui s'essaient à une origine psychanalytique, ou à un cousinagepsyres. Et on peut dire qu'au moins, ça peut s'appliquer partout, la preuve ecolresà l'école toujours du même auteur.

Et ceux qui pensent qu'au mieux, c'est un fourre-tout, mais plus probablement une nouvelle dictature du bonheur normé, culpabilisant, voire totalitaire... res , c'est Serge Tisseron. Un spécialiste des secrets, du caché et du trop montré.

Caché ou trop montré, on n'y résiste pas, un grand classique, La lettre volée de E.A. Poe,letvol_e et son non moins célèbre commentateur, Lacan, ecrits sur tous les tons, avec même des commentaires du commentaire en ligne.

Faites votre avis et dites-le.

Posté par O LH à 00:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

11 juin 2008

Voyages aux frontières

Ce message juste pour ce livre d'une force peu commune,cargo qui voyage là où la mélancolie se fait deuil, pour un avenir possible. Alexandre Bergamini est aussi poète, attention assortir du rectangle blanc parfois. Ses frontières peuvent dépasser les limites.

Au risque de lasser, puisqu'il s'agit de ces frontières, on note au passage, encore, qu'il y a Bauchau. Voir les messages du 3 mai et du 2 juin.

Sur ces sujets, du deuil et de la vie, il y a toujours Freud qui ne parle pas d'autre chose que ces questions ultimes, sa manière d'au-delà: au_del_ Au-delà du principe de plaisir bien sûr, l'un des 4 textes de l'ouvrage.

Posté par O LH à 22:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

10 juin 2008

Quand la psychanalyse doute d'elle-même

On ne peut pas imaginer plus averti, on pourrait le croire sûr de son fait, on l'imagine peut-être inquiet: Pierre-Henri Castel a en tout cas la plume leste et le verbe haut. Agacé comme beaucoup par les initiatives comme "Le livre noir de la psychanalyse", c'est quand même à ses confrères qu'il veut poser la question:A_20quoi_20r_E9siste_20la_20psychanalyse Une mise en cause sans concession du manque de rigueur conceptuelle dont il taxe nombre de psychanalystes.

La résistance, encore et toujours, du côté du transfert chez Freud, du côté de l'analyste chez Lacan, du côté de ses détracteurs pour Freudma_vie_L20, du côté de la psychanalyse pour Castel. Elle résiste. Sans compter qu'on sait bien que parfois, il faut résister. Pour explorer de la psychanalyse au politique: 1396 ça va loin cette affaire, depuis le début.

Posté par O LH à 20:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

09 juin 2008

La psychanalyse a son prix

Et il s'agira du prix œdipe des libraires, pas moins.prixoelib
Déjà une vingtaine de libraires formidables sur les rangs, et ce sera aux lecteurs de voter.

A vos urnes!

Posté par O LH à 16:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 juin 2008

Histoires de désirs : le rêve, le lapsus et l'absent

Très joli et de drôles d'illustrations, Marcel le Rêveur, pour les enfants, mais pas seulement. L'objet du désir, métonymique, partie de tout, partout, jamais nommé. Un truc génial d'Anthony Browne.marcelConseil d'une libraire.

De la même libraire, quand trois vies et plus sont déterminées par un nom, mais est-ce le bon? Non, et pourtant... Le lapsus à l'œuvre, un mot pour un autre, une vie pour une autre. Le désir n'est pas toujours où on le croit. "Le pays du dauphin vert", de Elizabeth Goudge.pays

Et à venir, à la rentrée, le prochain Hélène Lenoir, "La folie Silaz". Quand le désir est un disparu. Partir loin, peut-être même nulle part, la condition du désir, ce serait l'absence? Pas bien sûrfolie Savoir perdre pour se sauver mais risquer de perdre tous les liens et l'espoir, dans la folie.

Posté par O LH à 16:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 juin 2008

Mariage et contrôle qualité

Qu'on divorce parce que quelque chose ne va pas entre époux, c'est commun. Mais l'annulation d'un mariage, pardon, ça surprend! C'est que ça n'aurait pas dû exister. Mais quoi?
Vous l'avez compris, c'est la décision du TGI (de Lille?) qui est l'objet du jour. Le code civil laisse à penser, ce que les juges n'ont pas manqué de faire, c'est sûr:

"Art. 180 - Vice du consentement
Texte d'origine, complété par la loi n° 75-617 du 11 juillet 1975
Le mariage qui a été contracté sans le consentement libre des deux époux, ou de l'un d'eux, ne peut être attaqué que par les époux, ou par celui des deux dont le consentement n'a pas été libre.(Loi du 11 juillet 1975) « S'il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l'autre époux peut demander la nullité du mariage. "

Il s'agit donc de croire que la belle n'a pas bénéficié d'un jugement de qualité? Voire, d'un contrôle de qualité? Il y a même là un lien avec la psychanalyse, tout à fait curieux, mais vous pouvez passer en diagonale.

Certaine a pu en faire un titrefemmessqualit_ c'est Annie Anzieu

Enfin, s'il s'agit de penser la femme en négatif, c'est à dire en moins, ça peut s'entendre. Seulement le mari, lui, c'est de quelque chose en plus qu'il aurait voulu. Nasio a bien raison de faire de l'Oedipe le plus crucial des concepts, si l'on en croit Marc Nacht.

Enfin là, annuler rétroactivement, dans un cadre religieux, et via un tribunal, l'affaire est grave. Voire obsessionnelle, non? "Effacer en soufflant dessus", disait Freud. inhib

Comme on souffle la dame, au jeu de dames? Ca peut révolter.

Posté par O LH à 16:51 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

05 juin 2008

Interprétation récréative

Sur les conseils d'un ami du blog, et à propos d'interprétations hors divan, de manière fort éloignée d'une analyse présidentielle, voilà quelques heures de détente que nous proposent les éditions Panama, avec Jed Rubenfeld.meurtres
Ca fait des échos ici, àl'obscurité de romans noirs déjà évoqués de Slocombe, ou encore, autre genre, à Nasio: cette fois, c'est non pas 7 psychanalystes, mais 3. Freud, Ferenczi et Jung (avant la fâcherie avec Freud) entre bas-fonds et haute société du New-York qui sort du XIXème siècle.
Il n'y a pas que l'interprétation qui soit sauvage...

Posté par O LH à 16:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

03 juin 2008

Sarkozy, président, Sarkozy, un patient?

Peut-être n'avez-vous pas lu, mais vous avez aperçu, chez votre marchand de journaux, la couverture du "Point" du 29 mai. Une de ces couvertures qui, dit-on, multiplient par 2 les ventes: une photo de Nicolas Sarkozy. Et un titre que nous ne pouvions éviter ici: "Sarkozy et les psys".

Ca jette une lumière particulière sur des messages qui ont précédé: la loi défaille et capitaliste!

On y retrouve tout un aréopage de commentateurs, ceux qui interprètent, comme notre Grimbert de "Un secret", ceux qui n'interprètent pas, ceux qui interprètent le fait d'interpréter. En psychanalyse, sur chaque sujet on pourrait fonder des clivages et des écoles...
Il y a Grimbert pour qui Nicolas Sarkozy reste un adolescent tout puissant qui ne peut incarner le père, rejoignant Alain Braconnier qui fait du président un être pulsionnel. Dans une société qui s'infantilise, sous le règne des contrats que l'on rompt, où l'on veut jouir tout de suite à un rythme effréné, Nicolas Sarkozy est emblématique pour Sophie Marinopoulos, quand il n'est pas celui qui dévoile ce qu'on n'aime pas voir en nous pour Pierre Lembeye.
Terrible portrait que nous fait Serge Hefez, de ses nouveaux patients, des sarkozés obsessionnels. Normal, on manipule ici les grands mythes: le Graal qu'on cherche toujours, même après l'avoir trouvé (Jean-Pierre Winter), le sacré de la présidence de la République (Ali Magoudi), ou Mickey (Serge Tisseron). Le présent d'une illusion, quoi.
Certes, pour Roland Gori et Jacques Sédat, c'est un peu n'importe quoi d'analyser comme ça. C'est seulement sur un divan que ça se passe. Interpréter à la sauvage, c'est se mettre dans une illusion de cette toute puissance que l'on impute aux autres. Il n'y a que de Sarkozy que la vérité peut émerger.
Allez, faites votre choix.

La Sarkose obsessionnelle sarkose
Ces fous qui nous gouvernent ces_fous_qui_nous_gouvernent_62ec7
Sarkozy, un président chez le psy chez_le_psy
Sarkolangue langue
Sarkozy. Corps et âme d'un président corps_me
Psychanalyse d'un président psypr_s

Voilà, c'est fait, mais n'attendez pas trop souvent ce genre d'articles.

Posté par O LH à 16:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 juin 2008

Livre Inter

Très bonne nouvelle ce jour: le prix du livre Inter est attribué à Henry Bauchau, pour "Le boulevard périphérique".boulp_riph
Commentaire de l'auteur, dans un sourire : " Je ne m'attendais pas à attirer l'attention à mon âge "(95 ans). Comme ses livres, finalement, ce prix montre l'espoir jusqu'au bout.

Voyez le message du 3 mai dernier sur ce blog.

Posté par O LH à 10:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 mai 2008

fétichisme promis

Chose promise, chose due, un petit tour autour du fétichiste. Chose promise, justement...
Commençons par le passage obligé de Freud, bien sûr, en Folio chez Gallimard  freud qui en institue la découverte en psychanalyse, puis n'omettons pas de citer Lacan, au Seuil, en parallèle avec la phobie que nous avons déjà évoquée lacan  .

Mais, pour une lecture plus didactique au départ, en général , P.L. Assoun est très bien, allez voir si ça vous intéresse ici assoun .

Lacan faisait du fétichisme le paradigme de la perversion.
Il semble que certains, s'ils aiment le roman noir, pourront en trouver la preuve en quelques occasions, chez R. Slocombe et sa tétralogie saisonnière du Japon par exemple, "La crucifixion en jaune". Il commence dans un ordre que Vivaldi n'aurait pas approuvé, l'été  slo . Il y est parfois question de jupes plutôt que de robes. Et de tout un tas d'autres vêtements d'ailleurs. Louche quand même, il n'y a pas que les saisons qui y fassent désordre. Et vraiment, à ne pas mettre entre toutes les mains.

Posté par O LH à 16:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]